Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fiction | Rêve et Désir [Partie 1]

Je voulais aujourd'hui vous partager une chose ; jadis, j'étais très adepte des fanfictions. J'étais sur un site dédié à cela et j'en lisais beaucoup des fics en tout genre ... puis j'ai voulu à mon tour essayer ! ^^

Je suis donc retournée sur le site récuperer ce que j'avais posté et je voulais partager cela avec vous. Pour ceux qui liront, soyez indulgents, je ne suis pas écrivain du tout, c'était pour m'amuser. Pour information, j'ai posté cette histoire en Juin 2010, le temps passe !

 

J'ai posté un one-shot basé sur la série The Vampires Dairies et surtout sur Damon Salvatore (joué par le beau Ian Somerhalder). Ce passage se situe au début de la série quand Elena est avec Stephan. J'ai voulu garder le principe de la série c'est à dire qu'ils tiennent un journal intime et raconte leur vie.

*****

 

Synopsis : Prudence Gilbert est la cousine d'Elena, elle vient vivre à Mystic Falls pour se rapprocher de sa famille, elle va rencontrer Damon mais ...si c'était bien, avant d'arriver en ville... 

 

 

Cher journal,

Je me suis réveillée aujourd'hui un peu troublée, avec cet étrange rêve encore dans ma tête, si réel, cette nuit, ce moment, mon corps en garde encore les traces.
Lui … Un homme enfin … pas un homme … pourquoi lui ? Qui est- il ? Mon imaginaire ? Qu'est-il ?

J'ai besoin de réfléchir avant de poser cet évènement par écrit.

Là, à la seconde où j'écris, je me trouve dans la salle d'embarquement de l'aéroport car je débute une nouvelle expérience. Une de plus, je vis ma vie au jour le jour avec cependant un côté studieux, mes études, elles sont la seule chose qui arrivent à me faire garder un cap.
Je dois donc décoller de Londres, je rentre chez moi aux Etat Unis, cinq années sans mettre les pieds sur ce continent, destination la minuscule petite ville de Mystic Falls, dans l'état de Virginie, retour vers mes origines, ma famille.

Je rejoins mes cousins, Elena et Jérémy, une tragédie leur est arrivée il y a quelques mois, je n'ai pu revenir avant, bloquée par mes recherches pour ma thèse et mes multiples voyages.

Je n'ai pas vu Elena ma cousine et son frère, Jérémy, depuis longtemps, elle était une jeune adolescente et lui encore un enfant quand je suis partie. Ils vivent aujourd'hui avec leur tante, la sœur de leur mère. Mon oncle et sa femme ont péri dans un accident, cela a dû être terrible et dur, et sûrement encore.

Alors … Alors … Qui suis-je ?
Je m'appelle Prudence Gilbert, j'ai 22 ans, célibataire, pas d'appartements, pas d'animaux, pas d'enfants, ben quoi c'est comme ça qu'ils font dans les agences ou sur les curriculum vitae.

Tiens et même que je vais poursuivre avec à ma petite description physique.

Jeune femme brune, cheveux court en bataille, ils n'en font qu'à leur tête, indisciplinés, des yeux verts, pour la taille un léger mètre soixante, un corps avec des mensurations correctes, bon pas mannequin ne rêvons pas non plus et puis se sont des fils de fer, des anorexiques.

Donc proportion, plus que correcte avec de belles petites fesses, non je ne fais pas ma maline c'est à cause des nombres de fois ou la gente masculine débile, m'a sifflé, ou touché mon postérieur sans vergogne, bien évidemment, la trace de mes mains est souvent restée sur leurs joues, c'est de là, que j'ai supposé que c'était plus que convenable.

Bon je continue, des seins ni trop gros, ni trop petits, je pense dans la moyenne, ferme, et excitant au dire de mes anciens amants. Ben quoi …

Gout vestimentaire, une dingue du shopping oui désolée, même ma grand-mère n'a jamais compris d'où cela me venait.

Donc aujourd'hui par exemple, c'est un petit top, blanc avec un soutien gorge noir à dentelle avec son gentil petit string assorti, une veste de garçon de café, un short en jean retroussé court, des collants et des bottes noires à talons en dessous des genoux, un maquillage discret soulignant mes yeux en noir, un joli sautoir, mon blouson en cuir marron et le top pour finir … un chapeau. Accessoire indispensable.

Bon trêve de plaisanterie, j'arrête et je redeviens sérieuse, malgré que la description vestimentaire n'est en aucun cas un mensonge.

Je disais pour parler de ma petite vie donc je suis fraichement diplômée, j'ai terminé mes études en avance et passer toute une année à voyager avant de présenter ma thèse.

Une thèse en Histoire de l'Art, j'aime les ruines, les civilisations, les religions, les mythes et les légendes …

Je viens d'obtenir mon premier poste à Mystic Falls, à l'université, une demande que j'ai effectué pour retrouver les miens.

Ma famille n'a cependant pas toujours était ma priorité, enfin décision surtout accès sur mes parents.

Mes parents et moi ne sommes pas en entente cordiale, chacun vit sa vie de son côté, je les ai quitté à 17 ans, ils n'ont pas approuvé mes choix, mon père voulait que je sois avocate comme lui. J'entends encore sa phrase fétiche : « des études sur les mondes engloutis c'est ridicule et après tu vas faire quoi dans la vie ! »
J'ai fait mes propres choix, cela n'a pas toujours était facile, toute seule dans un nouveau pays mais j'ai lié des amitiés qui m'ont beaucoup aidé.

J'ai passé ces dernières années, a bûcher et voyager, j'ai découvert des endroits extraordinaires, des peuples et cultures diverses, je rentre la tête bourrée d'anecdotes et de magnifiques lieux et souvenirs. J'ai étudié à Londres, jusqu'à mes 18 ans, où là, j'ai pu voler de mes propres ailes sans que mes parents interfèrent.

J'ai choisi ensuite de continuer mes études par correspondance, toujours et inconditionnellement en histoire de l'art

Mais comment ai-je fait sans argent, très simple avec l'héritage de ma grand-mère, j'ai vécue avec elle pendant l'année ou j'ai claqué la porte à mes parents, elle était parti à Londres pendant mon enfance, pour suivre un de ses amants.

Je suis fille unique, à son décès, elle m'a tout léguée avec une close comme quoi mes parents ne pouvaient en aucun cas intervenir sur ce cadeau.

C'est cette femme qui m'a donné envie de connaître, le passé, le fantastique, je suis une terre à terre mélangée à une grande rêveuse.

Aujourd'hui, je débute ma vie d'adulte, car j'ai toujours passé le plus clair de mon temps dans mon imaginaire, ne voulant absolument pas grandir, tous ce que j'ai appris, m'engloutissais dans ces différents mondes, et univers créés comme par magie, leurs légendes, leurs mythes me submergés.

Bon trêve de bavardage, l'hôtesse nous appelle …. J'aurais sûrement l'occasion de reprendre mes écrits dans l'avion avec toutes ces heures de vol.

Prudence rentre dans l'avion et trouve sa place côté hublot au coté d'une femme âgée qui lui sourit.
Elle s'installe tranquillement sort son MP3, enclenche la musique et regarde à l'extérieur.

Son esprit vagabonde vers ce rêve, ce rêve qui l'a met mal à l'aise et la bouleverse à la fois.

L'avion décolle enfin.
Elle reprend instinctivement son journal.
La suite dans l'avion …


Il faut que je parle de ce qui m'est arrivée.
Je me suis endormie hier soir devant ma télé, puis je me suis réveillée dans une clairière.

Une sublime et magnifique clairière, bordée de chêne, un sol tapis d'herbe mais également de fleurs odorantes et colorées.

Je tournais sur moi-même, afin de voir ou je me trouvais exactement, si je reconnais ce lieu.

- mais qu'est ce que je fous là ! Où suis-je ?

- moi aussi je me demande, entends je derrière moi

Je me retourne et découvrit un homme, un total inconnu, me regardant lui aussi surpris.

Aucun de nous ne bougeait, étudiant d'abord les alentours, avant de finir par nous regarder avec insistance.

Il était vraiment beau, à peu près de mon âge, enfin difficile de lui en donner un, il était grand brun avec des yeux sublimes, perçants, d'un bleu insondable, je me sentais attirée et envoutée par son regard. Un corps que l'on est obligé de détailler, des épaules larges, des mains sensuelles, un torse musclé, que l'on devine sous ses vêtements, il était à se damner. Il portait un simple pull gris léger collant légèrement à sa peau, un blouson en cuir noir et un jean bleu foncé.

- Que fais-tu là ?

Il me fit sursauter, avec une voix de velours et dure en même temps.

Ne me laissant tout de même pas déstabiliser.

- Et toi qui es-tu ? Que fais-tu dans mon rêve ?

Car cela ne pouvait être que ça, un rêve. Je ne connaissais absolument pas les lieux, ni l'homme en face de moi. Mon imaginaire avait encore du me jouer des tours.

Le silence, voilà ce qui nous entourait, nos regards plongés l'un dans l'autre, cet homme me faisait de l'effet, de sacrés palpitations.

« Normal idiote, c'est ton rêve, tu n'allais pas mettre un vieil homme tout vouté et tout ridé sans dents.

Pas faux ! Merci petite voix»

- Je crois avoir posé la question en premier, me dit-il un léger sourire aux coins des lèvres.

J'ai cru que j'allais défaillir, ce sourire époustouflant, étant déjà beau les sourcils froncés, troublés alors avec ce petit rictus sournois, c'est le summum.

- Je dors sûrement … répondis je hésitante, tout cela paraissant si réel.

- Je m'appelle Damon et toi ?

Il commençait à avancer vers moi, ne lâchant pas mon regard, une onde de frissons me parcourut, mon bas ventre se tordit, comme … comment expliquer … comme si des papillons avaient décidé de s'envoler. Mon cœur accélérait, je ne pouvais pas bouger, ou ne le voulait pas, ma réflexion s'embrumait dangereusement.

Il hésitait, également, étant comme moi, pas sur de lui, cela ne collait pas trop avec le personnage.

Ma gorge était toute sèche, je réussis à murmurer mon prénom. Il se trouvait maintenant juste en face de moi, son odeur était exquise, me sentant mal à l'aise je tournais la tête.

Il caressait mon avant bras, ses doigts descendant rejoindre ma main, son contact était glacial, mais malgré cette sensation, la chaleur irradiait tout mon être, ma respiration s'était stoppée, indépendamment de ma volonté.

Je crus percevoir chez lui, un frisson, se propager, mais peut être encore mon imagination se moquait elle de moi.

- Prudence c'est un très joli prénom, pour une magnifique jeune femme me chuchota t il à l'oreille, rougirais tu, il ne faut pas c'est la vérité.

Elle stoppa son stylo sur son journal, oui elle était rouge, même en y repensant dans cet avion, elle tourna la tête vers le hublot et crut voir à travers … Damon. Elle luttait contre cette sensation qui revenait si vite et si clairement.

A ce moment l'hôtesse de l'air arriva et souhaitait savoir si elle ne manquait de rien, si elle voulait quelque chose.

- non merci, ça ira …

Puis elle se pencha de nouveau sur son journal.

Lui aussi avait l'air de me détailler, comme je l'avais fait et paraissait intrigué.

Je baissais les yeux pour voir nos mains s'effleurer, puis je remarquais que je ne portais qu'une chemise d'homme. Je fus gênée et je reculais de lui, la tête baissée, il me leva le menton de sa main. Toujours le silence.

- tu as peur ? Me demanda t il
- non …
- tu devrais …

Je fronçais les sourcils ne comprenant pas le sens de ces dires.
Il me sourit et je lui rendis, émerveillée par ses yeux et ce petit sourire en coin.
- un rêve … lui dis je
- avec une inconnue,

Il parut septique.

- mais je ne pourrais m'y trouver que si je le désire, je n'ai pas commandé d'être dans ton esprit
- … ça veut dire quoi ?
- rien …

On se regarda dans les yeux, sa main vint caresser ma joue

- je ne comprends pas ce qui se passe mais ce sentiment …
- j'ai vraiment du mal à te suivre répondis je

J'enchaînais.

- profitons de mon rêve alors …

Je me mordis la lèvre, comment j'avais pu dire cela … stop … ce n'était qu'un rêve alors autant en profiter il était si beau.
Il fut surpris, enfin c'est ce que je captais dans son regard, et en même tant, excité mais aussi frustré comme s'il ne gérait rien et que cela le dérangeait.
Il se colla à moi, et mon souffle fut coupé.

- tu as raison … être comme un humain,… une fois, laisser le monstre dormir …
- quoi ?

 

******

Je coupe là car j'ai dépassé le quota de lignes, je vais donc faire un second article avec la suite ^^ j'espère que vous serez au rendez-vous :)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article