Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fiction | Rêve et Désir [Partie 2]

Je vous poste donc la suite de la fiction, retrouvez la première partie : Ici

Attention cette seconde partie est plus citronnée si je puis dire ! Je n'ai pas retravaillé ce one shot, je vous le livre comme il a été posté en 2010... soyez indulgent, je me suis relu et je pense que j'écrirai certains passages différemment ^^

*****

...

Il se pencha et m'embrassa doucement frôlant nos lèvres puis le baiser devint plus fort plus sensuel, il posa ses mains sur mes hanches pour m'attirer à lui, il passa sa langue sur mes lèvres, j'ouvris la bouche, notre baiser s'intensifia.
Il recula d'un coup, très surpris, avec un peu de peur dans le regard, je ne compris pas, c'était moi, que lui arrivait il.

Puis il me sourit.

- pardon, c'est si réel et en même temps je sais que cela ne peut pas être vrai, cela se passerait autrement si je t'avais à ma merci et ce sentiment, je ne peux plus l'avoir …
- c'est pour cela que l'on appelle ça un rêve et ne soit pas si sur que je serai à ta merci

Je me rapprochais de lui avec un sourire coquin aux lèvres. Je ne me reconnaissais pas mais je crois que le fait que cela soit un rêve, m'enlevait toute honte ou timidité, malgré que je ne sois pas quelqu'un de très timide, mais c'était quand même un inconnu.

« Mais oui, Prue, tu le dis toi-même… un inconnu, tu ne le reverras pas … alors … profites ! »

Il me laissa approcher, je me mis sur la pointe de pieds en me tenant à son blouson en cuir noir et puis je posais lentement mes lèvres sur les siennes. Il se lassa faire puis m'enlaça délicatement.

Notre baiser devint plus intense mais cette fois il n'y mit pas fin, nos langues s'entremêlèrent, à l'unisson, je frémis tellement c'était intense.

Je fis tomber sa veste, laissant mes mains longer ses bras, jusqu'à ses doigts, il se rapprocha d'un coup, m'embrassant dans le cou, je lui facilitais l'accès en mettant ma tête en arrière, les yeux fermés me laissant transporter dans son étreinte.

Ses lèvres étaient si froides, et elles se promenaient sur ma peau, qui brûlait littéralement.

Je posais mes mains sur son bassin, me glissant sous son pull, errant sur son corps musclé à souhait comme je l'avais entraperçu. Il me laissait agir me fixant toujours, je fis tomber son vêtement au sol, libérant son torse à ma vue.

Il reprit son investigation vers ma clavicule, posant une multitude de baisers, le bas de mon ventre se tendait, mes mains quand à moi se promener sur son corps musclé, ses bras, son torse, son dos, ses fesses.

Je n'avais rien sous la chemise à part un string, une de ses mains s'empara de mon sein, le malaxa, je lâchais un gémissement. Puis il déboutonna doucement ma chemise, l'ouvrit complètement, la fit glisser le long de mes bras, regardant mon corps.

- tu as un corps magnifique me dit il rempli de désir.

Il me fit m'allonger sur sa veste, ses yeux encrés aux miens, il se coucha délicatement sur moi, je sentais son érection contre ma jambe, il descendit avec sa bouche sur mes seins, prit mon téton, le mordilla et le suça, me torturant de plaisirs cela me valut un nouveau gémissement et mon corps se cambra, son autre main descendait.
Il leva les yeux vers moi, tout en continuant de descendre ses lèvres le long de mon corps et sourit en m'embrassant, voyant ma réaction.

Il déposa un baiser au bas de mon ventre, d'abord sur la gauche au départ de mon aine, je me cambrais de nouveau, j'avais un tatouage à cet endroit, un ange noir recroquevillé, un ange déchu, il passa son doigt dessus, et sourit.
Sa main quand à elle avait atteint mon intimité qui était déjà trempée, l'effet qu'il me faisait ne pouvait pas être caché, il me caressa , je gémis, il écarta mon string et puis entra un doigt dans mon intimité puis 2, et fit des va et vient, je sentis une chaleur irradiait, une vague immense montée, je sentais sa langue en moi, je n'allais pas pouvoir résister … c'était … divin, grisant, et follement agréable, je finis par exploser, criant son prénom, je tremblais et ma respiration était saccadée.
Il finit de lécher mon jus ainsi que ses doigts, mon désir avait encore redoublé.

Je repris mes esprits et le pousser me mettant à califourchon sur lui, en souriant.

- qui est à la merci de qui maintenant, le regardais je avec moquerie

- y quelques secondes il n'y avait pas photos

Je me penchais et l'embrassais fougueusement en caressant son torse, le couvrant à mon tour de baiser, je m'arrêtais sur son téton, lui mordillant, je continuais ma descente, m'emparant des boutons de son jean, je le fixa quelques secondes, il me regardait faire avec un regard noir, rempli de désir, je tirais dessus d'un coup sec puis le fit glisser, il souleva son bassin pour m'aider, il était maintenant avec son dernier rempart, son sexe était dressé et paraissait à l'étroit.

J'embrassais son érection à travers son caleçon, il se cambra à son tour, je mis mes mains aux bordures et le fis glisser très lentement en embrassant tout autour de son pénis, entre les cuisses, il arracha une poignée d'herbe en grognant.

Je remontais tout aussi doucement posant mes lèvres sur sa peau froide, je léchais sa longueur, il gémit, je le pris dans ma main fit des va et vient, lents puis plus rapides, le portait à ma bouche, je suçais l'extrémité. Il passa ses mains dans mes cheveux.

- oh … oh oui … tu es divine …je ne vais pas … pouvoir … oh … me retenir

Il me repoussa, je dus lâcher prise, il me coucha sur le dos repris sa place au dessus de moi.

- c'était …il respirait difficilement
- agréable … lui dis je en riant
- mieux que ça …

Il fondit sur mes lèvres, écarta mes cuisses, se plaça à l'entrée de mon intimité et se figea, son regard sur moi, il jouait, mais mon désir était trop grand.

- je te veux en moi … répliquais je

Il me pénétra doucement par petit à coup, en me regardant intensément, je me mordis la lèvre inférieure.

- tu es si étroite … me dit il en effectuant de va et vient lents en moi
- oui … c'est bon, … plus vite … plus vite le suppliai je

Il accéléra, de plus en plus vite, je me cambrais pour lui faciliter sa progression, sentant son souffle sur moi, je gémissais de plaisir et lui aussi.

- oui … encore criai je
- tu … tu aimes …ce que je te fais
- ouiii … oh je …
- je ne vais pas … tenir plus longtemps, viens … jouis pour moi … lâcha t il

Il me pénétrait avec plus de bestialité mais c'était divin, il accélérait mes parois se resserrèrent et je ne pus retenir l'orgasme qui me consumait, cédant à un cri de plaisir. Lui aussi vint, juste après moi en me disant combien c'était bon et murmurant plusieurs fois mon prénom.

Il se laissa tomber sur moi, sa tête dans mon cou sans pour autant m'écraser, il embrassa mon cou. Nous étions tout tremblant, en sueur, nos souffles étaient saccadés, difficile de reprendre un esprit clair et concis. J'avais l'impression que l'on se connaissait parfaitement, notre étreinte était magique. Il avait été si doux si prévenant, je souris pensant « tiens, tu mets de la douceur dans ton rêve ».

Il roula sur le côté m'entrainant avec lui pour me prendre dans ses bras,, je posais une main sur son torse ainsi que ma tête, je levais les yeux, il paraissait perdu, surpris, heureux.

Pendant ce moment partagé, j'avais du me mordre la lèvre trop fort, cela me piquait et un goût de fer dans la bouche, du sang probablement, je vis sur son torse mon sang.

Il respira et baissa la tête, ses yeux ce posèrent dans mon regard puis sur mes lèvres, il se figea, son corps se tendit, en une fraction de seconde son visage changea.

Je fus surprise, un peu de peur s'insinua en moi, d'un coup son regard fut injecté de sang puis il retroussa les dents et un grognement bestial sorti de sa gorge.
Il se propulsa en arrière debout devant moi … nu et magnifique, il lisait la peur dans mon regard, je me repris.

Je me levais à mon tour puis avançais vers lui, tendant ma main …

- mais … murmurai- je

- Recule. Ne m'approche pas … je ne pourrai pas m'arrêter … dit il

J'étais totalement perdue. Glacée sans lui prês de moi.

Puis plus rien le noir, je criais et me retrouver … dans des couvertures, je compris ou j'étais, je tapoter le mur, j'atteins la lumière … ma chambre, nu sous mes draps, en sueur.
Ce n'était bien qu'un rêve … doux et divin … mis à part la fin qui me mit mal à l'aise, je préférais en faire abstraction et garder ce sublime moment.

Oh mon cher journal, c'était …. En un seul et simple mot : extraordinaire

Pourtant sur mon corps, je portais la marque sur ma lèvre :  une perle de sang cela, ne prouvait rien évidemment, j'avais pu me mordre en dormant mais j'avais des traces bleutés sur le corps comme si une personne c'était agrippée à moi, et je revoyais ses doigts parcourir ma peau.

« Mais non, juste un rêve … Damon, tu vas hanter nombres de mes nuits je pense »

Prudence stoppa son écriture. Puis elle inscrivit.

Rien que le fait d'y repenser cela me fait des papillons dans le bas ventre.
Un moment éphémère et unique, cet homme était sublime et tendre.

Elle arrêta d'écrire et regarda par le hublot, un sourire aux lèvres.

Malgré cela, elle se posait des questions, d'où avait elle imaginé cet homme, d'où provenaient ces marques sur son corps, son toucher, ses baisers, les sentiments et les odeurs, avaient si réels … des questions qui resteront surement sans réponses.

 

******

Voilà c'est fini, j'espère que ce petit moment vous aura plu... cela est bien loin tout ça mais j'ai trouvé sympa de replonger dans ce passé ^^

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article